Vignoble bordelais : les seconds vins & les chais

Bordeaux est une belle destination pour les amateurs de Grands Crus, on y trouve de prestigieux châteaux, une diversité de vignobles et des vins d’une grande qualité. Mais à l’heure où les prix des grands crus classés atteignent des sommets, acquérir un second vin permet de savourer la magie d’un grand cru, à un prix abordable. Si vous ne connaissez pas la manière dont sont classés les crus ni quels sont les classements existants, vous pourrez le découvrir par ici. Toutefois, il existe bel et bien des différences entre le premier et le second vin d’un château, les connaissez-vous ? Je vous propose de faire le point sur les seconds vins, cette spécificité bordelaise. Et en bonus, je vais vous lister quelques-uns des plus beaux chais de la région.

Les seconds vins : de son origine à sa commercialisation

Qu’est-ce qu’un second vin ?

Lorsque l’on parle de second vin, on fait référence aux seconds vins des grands châteaux bordelais. C’est un vin qui est produit sur le même terroir que celui du château, il s’agit donc de la deuxième marque d’un domaine. Certes second vin, mais pas de seconde importance, car à Bordeaux, les seconds comptent. Attention toutefois de ne pas confondre un second vin avec un deuxième cru classé ! Ce dernier est un grand vin classé selon le classement des vins de Bordeaux de 1855 tandis que le second vin, lui, n’est pas un vin classé.

Quelle est la spécificité du second vin ?

Contrairement à la Champagne ou à la Bourgogne, les viticulteurs bordelais élaborent leurs vins uniquement avec les raisins de leur propriété. Mais dans chaque propriété, on trouve différentes parcelles qui ne sont pas toute d’un même niveau de qualité.

Le second vin va être élaboré à partir de cuvées jugées pas assez qualitatives pour entrer dans la composition des premiers vins. Les raisins sont généralement issus de parcelles plus jeunes ou de vignes dont la maturité n’est pas optimale. En revanche, les raisins défectueux ne sont pas pris en compte dans la composition des seconds vins et sont généralement vendus au négoce.

En effet, le second vin est un vin à part entière.  S’il est élaboré à partir d’assemblages différents de ceux des premiers vins, c’est la même équipe technique qui réalise la vinification. Il bénéficie donc du même savoir-faire.

Les seconds vins sont-ils proposés dans toutes les régions ?

Et bien la réponse est non. Les seconds vins, qui sont avant tout une spécificité bordelaise, sont proposés par deux vignobles français : le vignoble de Bordeaux et le vignoble de la Vallée du Rhône.

Si le vignoble du Rhône ne compte que très peu de second vins car quasiment aucun châteaux ne les proposent, quasiment tous les châteaux classés du vignoble de Bordeaux proposent des seconds vins.

D’où viennent les noms des seconds vins ?

Le second vin porte un nom issu de la dénomination du vin principal. Par exemple, le château Cheval Blanc, un vignoble de Bordeaux situé à Saint-Emilion, a nommé son premier vin château Cheval Blanc premier grand cru classé A et son second vin le Petit Cheval.

Une histoire qui remonte à 1874

Et oui, cette histoire est loin d’être toute jeune ! Les seconds vins existent depuis longtemps à Bordeaux, des archives ont permis de constater qu’en 1874, le second vin du château Pichon-Longueville Comtesse de Lalande a été envoyé à Moscou. Puis en 1902, c’est au tour de Léoville Les Cases de créer son second vin Clos du Marquis. Et en 1908, le château Margaux suit le mouvement en créant Pavillon Rouge de Margaux. C’est seulement à partir des années 1980 que l’existence des seconds vins s’est généralisée suite à l’envoler des prix des grands crus.

Pourquoi le second vin a-t-il été créé ?

Très bonne question, je vais vous apporter une réponse digne de mon bouchon. L’idée est de produire un vin sur le même terroir que celui du château, qui bénéficie du même savoir-faire,  mais réalisé à partir de cuvées ne pouvant entrer dans la composition des premiers vins.

La création des seconds vins a donc été pensée pour initier à la marque, en proposant des produits à des tarifs abordables, de manière à séduire un plus large public et de faire croître la notoriété de chaque domaine les proposant.

Cette stratégie permet aux différents châteaux, d’une part, d’élargir leur gamme en proposant aux consommateurs des vins de renom à des tarifs accessibles, et d’autre part, elle leur permet de valoriser leur premier vin en leur assurant un positionnement haut de gamme.

Le second vin, une bonne affaire ?

Même si ces vins ont généralement moins de potentiel de vieillissement ainsi qu’une puissance aromatique plus faible que leur grand frère les premiers vins, ils restent très bon et agréables à la dégustation. En fonction des millésimes certains seconds vins sont de grande qualité, parfois au même niveau que des grands vins dans de petits millésimes… . Ils sont aussi bons que les premiers vins mais à des tarifs deux à trois fois moins élevés. Si vous voulez donc acquérir un super second vin, choisissez une année où le millésime était exceptionnel.

Les chais de Bordeaux :

Maintenant que vous connaissez tout sur le second vin, il m’est difficile de ne pas parler des chais, surtout que le vignoble de Bordeaux est le seul à en posséder, mais savez-vous ce que c’est ?

Qu’est-ce qu’un chai ?

C’est un lieu destiné soit à la vinification et à la conservation des vins, soit qui sert uniquement pour la conservation. Un chai permet donc le stockage des fûts de vin. Il est généralement supervisé par un maître de chai, qui est responsable des soins à donner aux vins entreposés.

Quelques-uns des plus beaux chais de Bordeaux :

De grands châteaux ont investi dans de magnifiques chais se dotant à la fois d’un outil technique performant et d’une œuvre architecturale. On retrouve parfois des chais aux designs modernes, comme par exemple celui du Château Cheval Blanc.

Le chai du Château La Fleur de Boüard :

Ce chais, réalisé en verre et en bois, est d’une grande beauté et également très impressionnant ! Les cuves sont fixées au plafond, c’est donc la force de gravité qui est utilisée pour extraire le meilleur du raisin.

Le chai du Château La Dominique :

Réalisé par Jean Nouvel, ce chai est une œuvre moderne qui a vu le jour en 2014 et qui abrite la nouvelle cuverie du domaine viticole. Le château dispose d’un vignoble de 29 hectares.

Le chai du Château Cheval Blanc :

Créé par l’architecte Christian de Portzamparc, son architecture est audacieuse. Ce chai a été conçu dans un style futuriste et minimaliste, ressemblant à une vague blanche, se situant en plein milieu des vignes. Et en plus, il bénéficie du label Haute Qualité Environnementale.

Le chai du Château La Tour de Bessan :

Il est issu d’un bâtiment médiéval du XVIIIème siècle rénové par l’architecte Vincent Defos du Rau, qui a transformé cet ancien bâtiment en un chai à barriques contemporain disposant d’une salle de dégustation.

Le chai du Château Talbot :

Ce château dispose du chai le plus futuriste. Cette construction de 900m2 est monumentale, tant par sa dimension, que par son esthétisme et par sa performance technique. Le plafond est soutenu par d’immenses poteaux arborescents en béton et abrite plus de 1800 barriques.

Le chai du Château Cos d’Estournel :

Pensé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, c’est la technique qui était au centre du processus de création. Des technologies dernier cri ont été installées, qui sont destinées à travailler le vin avec respect et précision. Seuls trois matériaux ont été utilisés pour sa réalisation : le bois, l’acier et le verre.

Dorénavant vous savez ce qu’est un second vin, quelle est son origine et pourquoi ils ont été créés. Pour en découvrir davantage sur le vin, je vous invite à lire les articles Yquem 1847 et la légende de la pourriture noble puis carafer un vin : quelles sont les bonnes pratiques ?

 

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.