Lorsque l’on parle de grands crus, on pense évidemment à la Bourgogne, au terroir bordelais ou aux bulles de champagnes millésimés. Pour autant, les vignerons français ne sont pas les seuls à produire des grands vins. Alors faites vos valises et embarquez avec nous pour découvrir les meilleures bouteilles du monde.

L’Europe, petit continent, grande terre viticole

Pour cette première escale, rendez-vous de l’autre côté des Pyrénées. En Espagne, plus vaste vignoble au monde avec ses 969 000 hectares cultivés, on trouve notamment les vins de la Ribera del Duero. Située en Castilla y Léon, au nord de Madrid, cette AOC renferme de véritables trésors.

C’est le cas des vins de Vega Sicilia. La cuvée Unico 2008, est issue des 70 hectares que compte le domaine. Le vin est vieilli 7 ans en barriques de chêne français avant d’être conservé 2 ans en bouteille. La particularité de ce grand cru ? Son potentiel de garde : entre 40 et 60 ans !!!

La dolce vita au cœur des vignobles toscans.

En évoquant la Toscane, on pense aux œuvres d’art de la Renaissance et… au vin ! Depuis 1385, la famille Antinori, réunit les deux avec des millésimes d’excellence.

Les vins ne voient le jour que lors des grandes années, comme c’étaient le cas en 2018  pour la cuvée Solaia. Avant un assemblage délicat de Cabernet Sauvignon, de Sangiovese et de Cabernet Franc, le Solaia vieillit de façon parcellaire dans des barriques neuves de chêne français pour donner toute son harmonie à ce vin rare et précieux.

Des vins blancs aux 4 coins du continent.

Un des plus grands crus portugais ne se trouve pas dans la campagne de Porto, mais en plein milieu de l’océan Atlantique, sur l’île des Açores. Les vignes sont plantées dans des fissures volcaniques à moins de 100 mètres de l’océan. Le Vinha Dos Utras 2019 est un vin blanc, d’un cépage 100 % local, l’Arinto Azores. Son exposition géographique lui confère des notes iodées au goût de fruits jaunes.

Retour sur la terre ferme, de l’autre côté du Rhin, en Moselle allemande. Dans ce coin d’Allemagne, sont extraits des vins blancs de renommée mondiale, dont ceux du domaine Egon Müller, et ses cuvées Trockenbeerenauslese. Produites uniquement si les conditions sont parfaites, seule une trentaine de flacons voient le jour. À titre d’information, la demi-bouteille de ce riesling, millésime 2017, se vend autour de 7000 € !

French Touch dans les vignobles américains.

Il est impossible de parler de grands vins sans évoquer le continent américain. Si historiquement les États-Unis sont les plus gros importateurs de vin français, il n’en reste pas moins un important pays de production.

90 % des vins américains issus de la Napa Valley.

Et c’est en Californie que nous faisons escale. Comme en France, la culture de la vigne y est une religion. Et ce n’est pas pour rien si l’un des fleurons viticoles de la Napa Valley est la propriété du groupe de luxe tricolore, LVMH.

En 2017, le groupe de Bernard Arnault a investi dans le domaine Colgin Cellars. Créée à la fin des années 90, cette petite propriété ne cesse de grandir. IX Estate, dont la parcelle s’étend sur 20 hectares, demeure la fierté du propriétaire. D’un cépage bordelais, l’approche de la vinification se veut bourguignonne. On mise davantage sur la richesse des sols que sur le mélange des jus.

En ce sens, la cuvée 2012 du IX Estate est une pure réussite. Malheureusement, pour vous l’offrir, il faudra s’inscrire sur des listes d’attentes et parfois patienter des années avant de la déguster.

 Pas très loin de là, en se rapprochant de l’océan, on pénètre dans la Sonoma Valley. On peut alors visiter le domaine Vérité et ses crus La Joie

4 vignobles différents, âgés de plus de 25 ans, donnent au breuvage des faux-airs de Pauillac. Ainsi, la cuvée La Joie 2013, vieillie 15 mois en fût de chêne français, est un vin de garde exceptionnel. Il est en effet conseillé d’attendre 2044 pour l’apprécier à sa juste valeur.

Quand le savoir-faire bordelais s’implante au pied des Andes.

En Argentine, dans la région de Mendoza, on découvre des vins d’une qualité digne des meilleurs crus bordelais. C’est d’ailleurs de l’association avec le Château Cheval-Blanc, ancien premier grand cru classé A de Saint-Emilion, qu’est né le Cheval des Andes

Notre coup-de-cœur ? La cuvée 2016. 

Il s’agit d’un des rares vins argentins d’assemblage. En effet, au pays des gauchos, on travaille généralement en mono cépage. Le terroir exceptionnel des Terrazas de los Andes, mêlé au savoir-faire du château bordelais, offre aux papilles un joyau franco-argentin.

Le Chili et ses châteaux à la Française.

Sous l’impulsion d’une union avec Mouton Rothschild en 1997, Almaviva, devient le premier domaine sud-américain à adopter le concept de château à la française pour transformer son raisin. 50 hectares de cabernet-sauvignon et de carménère donnent à l’assemblage de l’année 2000 le premier titre de grand cru classé (“Primer Orden”) pour un vin chilien.

L’Australie, des crus en perpétuelle évolution.

Moins connue que les vignobles américains, l’Australie possède pourtant une véritable culture du vin. C’est le cas de la maison Penfolds et ses 150 ans d’histoire. Son meilleur cru, le Penfolds Grange, est un pur Syrah parcellaire dont le premier millésime date de 1951. En 2008, est sorti un vin d’exception noté 100/100 au fameux guide Parker, la référence absolue pour les amateurs de grandes bouteilles.

Et les vins français dans tout ça ?

Mais rassurons-nous, la France reste le plus grand créateur de vins d’exception. Une étude, menée sur plus de 30 000 sites marchands, et qui classe les grands crus est éloquente. 9 vins français, dont 6 Côtes-de-Nuits, 2 Côtes de Beaune et 1 Château Petrus, trustent le Top 10. Seul intrus, le Riesling d’Egon Muller.

Alors si vous n’envisagez pas de faire le tour du monde pour enrichir votre cave, rendez-vous sur les routes de Bourgogne pour un petit Pinot Noir qui fera de votre visite, un séjour millésimé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.